La maison des Babayagas

« La vieillesse n’est pas une maladie, c’est un bel âge, où l’on est enfin libéré des conventions sociales, de la nécessité de réussir sa vie professionnelle, familiale, etc. », affirme Thérèse Clerc, 86 ans, à l’origine du projet de la Maison des Babayagas.

Babayagas
Thérèse Clerc

J’ai découvert ce projet dans un documentaire France 5 très intéressant : « Nous vieillirons ensemble, la saga des babayagas ».

La Maison des Babayagas, c’est permettre à des femmes âgées de vivre ensemble dans une « Maison », en fait un ensemble d’appartements dans un même immeuble, avec des parties communes. C’est aussi, et c’est primordial pour Thérèse Clerc, un pont entre générations, avec une université populaire animée par ces femmes, des apéros de voisins, des activités pour jeunes et moins jeunes, des débats et conférences…

L’objectif est donc que ces femmes âgées puissent vivre une vie qui reste sociale et « utile », indépendante (chacune est locataire de son appartement), hors d’une maison de retraite (qui peut être déprimante, isolée ou tout simplement bien trop chère !), tout en transmettant leur savoir à des plus jeunes, et en faisant vivre une Maison de Quartier inter-générationnelle.  

L’histoire du projet a été longue et houleuse. Thérèse Clerc a écrit le projet il y a déjà 17 ans. En 2010-2011, un conflit a abouti à la démission de 13 des 16 babayagas des débuts… La vie en communauté n’est pas toujours facile, et il faut s’accorder sur la nature des activités proposées, le coût d’entretien des parties communes (aux dernières nouvelles, 100 euros pas mois…), le recrutement des nouvelles babayagas, etc. Autant d’occasions de conflit et de discussions houleuses.

Les babayagas ont enfin emménagé à Montreuil, dans un immeuble géré par l’Office des HLM, en février 2013. Elles ont toutes signé une charte, les engageant à consacrer 10 heures par semaine aux activités associatives de la Maison. 

Ce projet suscite évidemment beaucoup d’intérêt, notamment de la part des politiques, qui y voit une solution au problème d’une population française vieillissante. C’est en tous cas une initiative alternative aux maisons de retraite, pleine d’avenir, qui aura besoin de se roder et s’améliorer au fil du temps et de l’expérience. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :