Tour du monde en famille avec 3 enfants

Témoignage recueilli auprès de Céline, 3 enfants, un peu plus d’un an après le retour.

 « Si c’était à refaire, je le referais 1000 fois, surtout avec les enfants !

Quand nous sommes partis, j’ai pu prendre un congé sabbatique. Quant à Jérôme, qui est free-lance, il a dû arrêter ses missions en croisant les doigts pour retrouver des contrats au retour et tout s’est bien passé.

C’est vrai que c’est un défi de partir en famille. Est-on capable de supporter les enfants tout le temps ? Même entre adultes… Au final, la vie est tellement différente de la vie sédentaire en France que nous n’avons jamais eu de ras-le-bol. Une seule fois pendant les 11 mois, nous avons fait garder les enfants par une baby-sitter chez des copains à Buenos Aires, et cela ne nous a pas manqué… Les seuls moments de tension, c’étaient parfois les devoirs, avec les enfants qui n’avaient pas forcément envie de travailler et nous qui perdions parfois patience… On a trouvé que les cours du CNED étaient vraiment très bien faits.

Ta question sur les rencontres d’autres familles me fait sourire, car oui, c’en est incroyable, mais les familles qu’on rencontrait étaient toutes francophones ! Tu verras sur une section de notre blog (collections) les familles ou couples que nous avons rencontrés. Tous ne sont pas là. Tu les repères à 15 kilomètres à la ronde, les familles. Et c’est vraiment sympa. Souvent, on suit un peu les mêmes parcours et tu peux croiser les mêmes personnes 2 ou 3 fois. On avait aussi quelques repères dans certains pays d’amis ou d’amis d’amis (comme Antonin à Pékin par exemple). Donc, pas vraiment de mal du pays. A la fin du voyage, j’étais contente de rentrer pour voir les copains et la famille, mais si j’avais pu repartir après 15 jours de vacances en France, cela aurait été parfait !

Tout le voyage s’est parfaitement bien déroulé. Nous avons eu une seule grosse sueur froide pour les enfants, mais ce n’était pas spécialement lié au voyage, cela aurait pu arriver en France : Antonin est tombé sur le dos d’une tyrolienne en Nouvelle-Zélande. Finalement, il n’a eu que le poignet cassé. Sinon, franchement rien. Petit à petit, au fil du voyage, on prend le temps de tout relativiser, justement parce qu’on a du temps… Nous ne sommes pas allés dans des pays risqués d’un point de vue alimentaire. D’un point de vue sécurité tout court, c’est peut-être en Bolivie et au Mexique que les choses auraient pu être un peu plus compliquées, mais jamais nous ne nous sommes sentis mal à l’aise.

Ce que je n’avais pas imaginé, c’est la difficulté des adultes (surtout moi en l’occurrence) à revenir dans le train-train parisien après le voyage (pas de souci pour les enfants en revanche). C’est la raison pour laquelle, 3-4 mois après le retour, nous avons eu besoin de nouveaux projets. J’ai mis 1 an à trouver un nouveau travail, j’ai démissionné de mon entreprise précédente, et nous sommes maintenant installés à Nantes. Cela dit, le fait de refaire un beau voyage nous titille. Je ne peux pas prendre plus de 3 semaines en été (et encore trop tôt pour un nouveau congé sabbatique), mais Jérome partira sûrement 6 semaines cet été avec les enfants, et je les rejoindrai probablement au Costa Rica… Une fois qu’on y a pris goût, l’envie de partir est permanente ! »

Vous pouvez retrouver le récit de leurs aventures autour du monde sur http://www.leglobedes5.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :