Le projet Aristote : la gentillesse comme « levier de performance » !

« En 2012, Google a lancé le Projet Aristote, une étude dont le but était d’éclaircir un grand mystère managérial : qu’est-ce qui fait qu’une équipe de travail est efficace ? (…) Un article du New York Times Magazine raconte comment des statisticiens, chercheurs, sociologues, psychologues organisationnels et ingénieurs de Google ont analysé des centaines de groupes de travail pour essayer de trouver les ingrédients du succès. (…) Après avoir étudié plus de cent équipes Google sur plus d’un an, les chercheurs du Projet Aristote en sont arrivés à cette conclusion simple : les meilleures équipes sont celles où les gens sont gentils les uns envers les autres. (…) Ils ont en effet trouvé que ce qui comptait le plus pour qu’une équipe soit efficace, c’était la « sécurité psychologique », un concept que la professeure de management Amy Edmondson a décrit comme « le fait que les membres d’une équipe pensent qu’ils peuvent prendre des risques interpersonnels en toute sécurité. » La sécurité psychologique est ce sentiment de confiance qu’une « équipe ne fera pas honte, ne rejettera pas ou ne punira pas quelqu’un qui s’exprime », ou encore « un climat caractérisé par la confiance interpersonnelle et le respect mutuel, dans lequel les gens se sentent à l’aise. » Claire Levenson[1] pour le webzine Slate.


[1] Article paru le 27 février 2016 http://www.slate.fr/story/114705/secret-equipes-productives-gentillesse

C’est probablement une évidence, maintenant, que la sécurité psychologique est un levier extrêmement puissant d’apprentissage, de performance, et d’efficacité d’équipe. « Tout seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin » ! Et pour coopérer, pour que chacun exprime sa note, donne le meilleur de lui-même, il faut la sécurité que l’on sera accueilli dans ce que l’on est, il faut la confiance de savoir pointer un problème ou savoir dire non à une direction qui est prise. Notre cerveau d’être humain nous fait généralement acquiécer automatiquement à ce que croit le plus grand nombre, ou à ce que l’on imagine que pense le plus grand nombre… or si chacun a une objection mais que personne ne l’exprime, alors le choix est fait par défaut ! et est rarement le plus judicieux et adapté.

D’où l’intérêt de la sociocratie….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :